Le royaume de mon enfance

De chez moi à chez ma grand-mère, seulement quelques pas. Première liberté accordée : pouvoir les parcourir seule. Une pente, une cour et un porche. Mais tout un monde. Le porche, capsule temporelle venteuse entre deux univers. L’un : la réalité, l’autre : le rêve, le lieu de tous les possibles. C’était il y a 20 ans, 2 décennies mais ma mémoire a tout conservé.

Dans ce royaume magique, ce n’est pas un conte de fée mais la Corée du Nord version édulcorée. La dictatrice se nomme Anna première du nom et elle règne d’une main de fer sur ses deux seuls sujets. On a bien tenté quelques révolutions mais elle manie avec flegme le diviser pour mieux régner.

Elle investit les lieux et les transforme à sa guise: la cuisine est son laboratoire de potions magiques qu’elle nous concocte à partir de mélanges infâmes de tout ce qu’elle y trouve. La salle d’eau devient notre piscine ou les bains à trois font déborder la baignoire de toute part. Le salon prend la forme d’un circuit de course ou s’affrontent moto, tracteur et trottinette. La chambre enfin, est le lieu de ses plus grands rêves d’Amérique ou se prépare valises et provisions et ou se gonfle le bateau pneumatique qui nous conduira vers le nouveau monde.

Dans son royaume, notre reine de cœur se plaît à renverser les codes : le garçon est travesti en fille, la fille se mue en garçon.

Pour vivre sur ses terres, l’impôt est cher. Elle réclame sa dîme et sa gabelle et nous pille du fromage de nos hamburgers, des dragibus noirs et du jaune de nos œufs.

Alors certes pendant 10 ans, j’ai mangé des hamburgers sans fromage, une louche en guise de fourchette et pourtant dans ce royaume enchanté, en sandwich entre une cousine ainée et un cousin cadet j’y ai vécu mes plus belles années. Alors, merci à ma mamie de nous en avoir donné les clés.

Désormais, je suis une exilée de ce royaume perdu. La vie a coulé comme les années mais reste en moi les traces ancrées de cette enfance colorée.

Depuis, comme le bon vin, l’autocrate s’est adoucie. Aujourd’hui j’ai le droit au fromage dans mon hamburger et je lui dis même, les jours de folles audaces : «  c’est toi qui prends la pizza avec le bord sur les deux surfaces ».

2 commentaires sur “Le royaume de mon enfance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s